La Charte de Malaga

01 La Charte de Malaga

La Charte de Malaga porte un certain nombre de principes qui ont largement été explicités tout au long du projet CAT-MED. La Charte de Malaga souligne que les élus ont bien compris que les projets de quartiers durables en Méditerranée peuvent être des vecteurs de transformation de toute la ville. Leur adhésion à la démarche CAT-MED confirme qu’ils souhaitent que soit approfondie cette démarche qui explore les potentialités de mutation de tissus urbains existants et complexes.

Par leur signature, les maires réaffirment l’importance qu’ils accordent à la coopération transnationale et leur attachement à ce réseau de villes qui participent au projet CAT-MED. Par leur soutien à ce projet, ils confirment que le saut qualitatif réalisé par les projets de coopération est aujourd’hui capable de venir appuyer des dynamiques locales et d’apporter une valeur ajoutée aux politiques urbaines des villes partenaires.

À travers cette Charte, les élus, et au-delà leur ville respective, se sont engagés à consolider et partager un système d’indicateurs urbains de durabilité. Ils se sont également engagés à dégager les moyens nécessaires pour pouvoir les actualiser régulièrement. Cet engagement souligne le caractère concret que revêt la Charte. Il montre également l’importance qu’attachent les représentants politiques des villes partenaires à la qualité et aux fondements et contenus techniques du projet.

Ils se sont également engagés à promouvoir la méthodologie utilisée lors de la phase d’expérimentation. Cette méthodologie est considérée comme une étape importante dans la définition de projets urbains durables intégrés dans le tissu urbain existant. Cet engagement renvoie très clairement aux caractéristiques des villes durables méditerranéennes: compacité de l’édification, complexité des usages et fonctions, mixité en termes de logements, etc. Mais il est également question de reconnaissance de la diversité des contextes urbains et d’un intérêt particulier porté aux enjeux de mémoire et à l’histoire des habitants et des lieux. Cette méthodologie de concertation qui intègre toutes les problématiques du développement durable permet de multiplier et d’enrichir les propositions de conception innovantes.

Enfin, la Charte pose explicitement les bases d’une plateforme permanente. Cette plateforme a vocation à perpétuer les liens de coopération existants entre les villes partenaires. Cette plateforme devrait permettre d’intégrer de nouvelles villes méditerranéennes dans le réseau et de diffuser les principes portés par la Charte.


Les représentants des villes partenaires du projet cat-med réunis lors de la signature de la charte de Malaga. L’acte officiel de signature de la Charte a eu lieu le 7 février 2011 dans les salons de l’Hôtel de Ville de Malaga.

02 Charte de Málaga sur les modèles urbains durables

A Málaga, le 7 février 2011

Nous, maires et représentants de Málaga, Séville, Barcelone, Valence, la Communauté du Pays d’Aix, Marseille, Gênes, Turin, Rome, Athènes et Thessalonique, villes partenaires du projet CAT-MED,

Conscients des enjeux auxquels sont confrontées les villes aujourd’hui en termes de maîtrise de l’urbanisation et de lutte contre les changements climatiques et de l’interdépendance forte entre ces deux phénomènes,

Convaincus que les villes ont la responsabilité et capacité de mener à bien la mise en oeuvre concrète de politiques publiques permettant d’intégrer les nouveaux enjeux climatiques et la notion de durabilité,

Convaincus que ces mêmes villes ont entre leurs mains des leviers d’action indéniables à un niveau local, régional, national et au sein des réseaux transnationaux où elles sont représentées, pour devenir des acteurs de premier plan sur cette thématique, tant sur des aspects de mitigation que d’adaptation aux effets du changement climatique,

Conscients des nombreux accords internationaux qui ont déjà été passés dans l’objectif de freiner les effets du changement climatique, et en particulier ceux qui mettent en avant les modèles urbains durables, porteurs de cohésion sociale et territoriale, comme la Charte d’Aalborg (1994 y 2004), la Charte de Leipzig (2007) et la Déclaration de Tolède (2010), et prenant en compte les possibilités qu’ont les villes méditerranéennes de contribuer à cette cause,

Engagés dans la définition et l’expérimentation de modèles urbains méditerranéens durables, notamment via le travail réalisé au sein du projet CAT-MED,

Nous manifestons, par la présente charte, notre intention de développer les actions et objectifs suivants avec la volonté de les faire perdurer dans le temps:

1. Penser les villes méditerranéennes comme modèles urbains durables

Développer des configurations urbaines qui, au-delà des particularités géographiques, prennent en compte les principales caractéristiques communes aux villes méditerranéennes durables, telles qu’une densité de population déterminée, des niveaux de compacité urbaine suffisants et une complexité élevée qui se traduit par un mélange des usages et fonctions.

Les villes méditerranéennes sont diverses les unes par rapport aux autres, mais elles ont un vrai dénominateur commun qu’on retrouve dans l’organisation urbaine héritée du Moyen-Âge, de la Renaissance, de l’époque baroque ou de l’époque moderne et qui est le mélange d’activités économiques et sociales dans un espace délimité, où l’échelle piétonne joue un rôle important pour la majorité des déplacements. Ces caractéristiques la différencient des autres modèles urbains non-Européens, moins efficaces en matière d’usage des ressources naturelles et moins propices aux relations humaines.

Nous nous engageons à intégrer les priorités qui ont été définies par le projet comme les dénominateurs communs des quartiers et villes méditerranéennes durables, en priorisant:

- La conception de modèles urbains avec un niveau de densité habitants/hectare suffisamment élevé, qui configureront des villes compactes caractérisées par une diversité d’usages et de fonctions, limitant ainsi la formation d’espaces ségrégués, monofonctionnels et dépendants du véhicule individuel.

- La prise en considération de l’espace public comme axe vertébral de la ville et de l’équilibre entre espace construit et espace libre, tout comme la prise en considération de l’échelle piétonne comme référence d’un paysage urbain doté d’abondants espaces publics attractifs, sûrs et propices à la rencontre, résultant de la présence importante des espaces verts.

- La création, dans un « rayon de proximité », d’activités économiques et de services basiques d’éducation, de santé, d’équipements sportifs, culturels ou d’espaces de loisirs qui garantissent la solidarité et la communication trans-générationnelle.

- L’aménagement de nouveaux périmètres urbanisables, déterminés en fonction de noeuds de communication et de mobilité prévus en amont et qui permettront de hiérarchiser les axes viaires principaux, secondaires et résidentiels.

- Le renouvellement de la ville consolidée, sa réhabilitation et revitalisation urbaine intégrée, avec une attention spéciale portée à la ville historique.

- L’intégration du logement social et du logement aidé, à côté des logements non aidés, en évitant les ségrégations et exclusions sociales, générationnelles et ethniques.

- Le respect de la conservation du paysage, des écosystèmes et de la biodiversité, tout comme du patrimoine historique et des formes employées pour le conserver et le réhabiliter en accord avec les Chartes et Documents Internationaux de Conservation du Patrimoine.

- Le respect des ressources naturelles incluant l’eau et le sol, en parallèle à la réduction de la génération des émissions de gaz à effet de serre à travers l’application des outils et mesures incitatives permettant d’encourager la construction et réhabilitation d’édifices efficaces en termes de consommation et de traitement de l’eau et de l’énergie.

2. Consolider et partager un système d’indicateurs urbains de durabilité

Consolider un système commun d’indicateurs de durabilité qui nous permette de comprendre dans le temps l’évolution de nos systèmes urbains et d’évaluer les politiques publiques appliquées.

Le sens de ces indicateurs réside précisément dans la possibilité qui nous est offerte de vérifier si nos villes se rapprochent des valeurs de référence prévues ou au contraire s’en éloignent. Cet ensemble d’indicateurs a été développé de manière commune par les villes partenaires et pourrait être élargi de manière périodique.

Nous nous engageons à donner les moyens à nos équipes de poursuivre et faire fructifier ce travail de renseignement d’indicateurs de développement urbain durable afin qu’elles puissent s’appuyer sur ces éléments objectifs pour travailler de manière transversale et ainsi penser, planifier et construire des villes méditerranéennes durables.

Cet ensemble peut être complété par des indicateurs optionnels que chaque ville considèrerait nécessaires pour caractériser les particularités de son territoire.

3. Promouvoir l’expérimentation « Green Apple » comme une étape vers la construction des villes durables

Promouvoir une méthodologie d’expérimentation basée sur l’approche « Green Apple » (ou Ilot vert ) développée dans CAT-MED et qui consiste à mettre en place, dans chacune des villes, un projet pilote qui reflète les caractéristiques fondamentales des villes durables méditerranéennes et des constructions écologiques efficientes et économes en énergie. Ce projet pilote devra aussi respecter les principes de compacité et de complexité des usages, caractéristiques du projet, et les combiner, en plus, avec une mixité en termes de logements, de sorte que ce projet se convertisse en un laboratoire urbain.

Cette « Green Apple» apparaît comme un prototype qui prétend être un exemple réel des possibilités d’intervention tant dans le développement d’une zone ou d’un quartier durable que dans sa concrétisation par la construction d’un édifice.
 
Les caractéristiques de la Green Apple seront différentes dans chaque ville mais elles auront un dénominateur commun qui les identifiera de manière symbolique à travers une conception soignée et l’association de caractéristiques économiques, environnementales et sociales.

La mémoire, l’histoire des lieux et des habitants font l’objet d’une attention particulière.

Au-delà du caractère intrinsèque de durabilité d’un quartier, se pose la question de l’insertion du quartier dans son environnement : de la fonction qu’il remplit à plusieurs échelles géographiques et des échanges auxquels il participe.

Pour cela, nous nous engageons à promouvoir les projets urbains expérimentaux, qui s’inscriront dans une approche transversale et qui, par leurs objectifs en matière de durabilité urbaine, feront la ville méditerranéenne de demain.

4. Constituer et alimenter une plateforme des métropoles méditerranéennes

Créer une plateforme permanente de villes partenaires pour faire perdurer l’objectif du projet au-delà de la période d’exécution de CAT-MED de manière à maintenir les liens de travail et d’association dans le temps. Au sein de cette plateforme seront représentées les administrations publiques qui ont impulsé le projet et les acteurs sociaux et associations de citoyens qui ont participé au processus.

Cette plateforme se base sur le projet CAT-MED et s’adosse à un partenariat qui, depuis plus de dix ans, a mûri à travers la mise en oeuvre commune de projets de coopération européenne.

Ce manifeste, en forme de charte fondamentale, institutionnalise l’existence de ce réseau et constitue le commencement de la plateforme CAT-MED qui est ouverte à l’adhésion d’autres villes méditerranéennes et européennes. Cette plateforme se base sur un projet dynamique et sur une préoccupation commune en matière de durabilité urbaine. Cette plateforme permettra de mettre en marche des projets concrets, spécialement dans le contexte de la coopération transnationale européenne (politique régionale), de la politique de voisinage et de l’Union pour la Méditerranée, grâce à la solidité de son partenariat.

Par conséquent, nous nous engageons à continuer notre collaboration à travers la plateforme des Métropoles Méditerranéenne et appuyer les projets qui pourraient voir le jour dans le cadre de ce réseau de coopération.

03 MANIFESTE DE GÊNES - La ville du XXIème siècle. Annexe à la CHARTE DE MALAGA


La Déclaration de Gênes intitulée "la ville du XXIème siècle" a été signée à Gênes, le 9 juin 2014 durant le II Forum des Maires de la zone Méditerranéenne, en annexe à la Charte de Málaga de 2011. Cette déclaration résulte des engagements politiques développés dans le cadre du processus interne de capitalisation du "Urban Empathy" de la Plateforme CAT -MED sur les Modèles Urbains Durables.

ENG - GENOA DECLARATION "The City of the 21st Century". Anex to the MALAGA CHARTER, 7th February 2011

ESP - DECLARACIÓN DE GÉNOVA "La Ciudad del Siglo XXI". Anexo a la CARTA DE MÁLAGA, 7 de febrero de 2011

IT - DICHIARAZIONE DI GENOVA "La città del 21esimo secolo". Allegato alla CARTA DI MALAGA, 7 febbraio 2011

FR - MANIFESTE DE GÊNES "La ville du XXIème siècle". Annexe à la CHARTE DE MALAGA, 7 février 2011

GR - Η ΔΙΑΚΥΡΗΞΗ ΤΗΣ ΓΕΝΟΒΑΣ "Η πόλη του 21ου αιώνα". Παράρτημα στον Χάρτη της Μάλαγας, 7 Φεβρουαρίου 2011

PT - DECLARAÇÃO DE GÉNOVA "A Cidade do Século XXI". Anexo à CARTA DE MÁLAGA, 7 de fevereiro de 2011